Protéodies



Selon la théorie quantique notre corps n’est jamais qu’un assemblage d’innombrables paquets d »ondes. Par la loi de mathématique de transposition par octave, on peut ainsi passer des ondes quantiques à très haute fréquence (> 1024 Hz) à des ondes ayant des fréquences de l’ordre du kHz sans changer le sens de l’information qui se trouve codée dans les intervalles entre les notes et non dans les notes elles-mêmes. Selon la théorie, en chantant ou en écoutant de la musique, on pourrait donc modifier son ADN, rétablir des fonctions biochimiques déficientes et donc changer sa personnalité. C’est précisément ce que réalise le chercheur Joël Sterheimer avec ses protéodies. Voici une interview de Joël pour les personnes intéressées:

Sa méthode a d’ailleurs fait l’objet d’un reportage sur la chaîne de télévision France 3: 

Tout cela peut sembler de prime abord impossible, mais si l’on y réfléchit bien, si nos corps et notre conscience fonctionnent via des paquets d’onde et si l’on prend en compte que nous sommes faits à 99% de molécules d’eau structurées en domaines de cohérence sensibles aux ondes électromagnétiques ayant une fréquence de quelques kHz, il est clair que cette piste devient extrêmement crédible. Certains esprits chagrins pourraient bien sûr objecter que les ondes sonores sont de nature mécanique et non de nature électromagnétique comme la lumière ou les ondes radio, et que les ondes quantiques sont des ondes de cohérence de phase de nature non mécanique et non électrique (cliquez ici pour consulter la page consacrée aux ondes de matière de De Broglie). Ce serait oublier que toute la matière vivante s’assemble à partir de molécules chirales et possède donc a priori des propriétés de piézoélectricité qui permettent donc de passer d’une onde mécanique à une onde électrique et réciproquement (principe du haut-parleur). Ensuite, via les potentiels vecteurs et scalaires véhiculés par les ondes électromagnétiques on peut affecter les phases quantiques (effet Aharonov-Bohm) et agir donc sur la cohérence des paquets d’ondes qui nous constituent. Enfin, le passage depuis l’échelle macroscopique jusqu’à l »échelle moléculaire impliqueraient les ondes d’échelles introduites par Joël Sternheimer.
Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply

Your email address will not be published.