Smoke on the water

Smoke on the water

Cette chanson immortalise un évènement qui s’est déroulé le 4 décembre 1971 dans la ville de Montreux, en Suisse. Or à Montreux, ville du canton de Vaud, il y a le lac Léman bien sûr. On y trouve aussi un casino ainsi que le bar “Funky Claude”. Le groupe de hard-rock Deep Purple est venu là afin d’enregistrer son prochain disque. Dans le casino se déroule un concert en soirée de Frank Zappa et des Mothers of Invention. Mais voilà, juste avant l’enregistrement, un incendie se déclare. Car un spectateur excité muni d’un pistolet de détresse vient de tirer dans le plafond. Tandis que le casino se consume, le groupe trouve refuge dans une salle de concert du centre-ville. Mais la police intervient car il y a vraiment beaucoup de bruit.

Malgré cela, Ritchie Blackmore, le guitariste du groupe, travaille sur sa Fender Stratocaster. Il y peaufine un riff de quatre notes intitulé « Durh Durh Durh ». Ce riff, va devenir légendaire. Il consiste à pincer les 3 et 4e cordes de la guitare (le sol et le ré) à vide. Puis il effectue une descente sur les 3e et 5e cases. Ritchie enchaîne ensuite un glissando de la 6e à la 5e case. Puis pour finir, il remonte sur les deux cordes à vide. Le groupe s’installe finalement au Grand Hôtel. Il y boucle l’enregistrement de l’album « Machine Head » en l’espace de deux semaines.

Toutefois, le dernier jour de l’enregistrement, le manager s‘aperçoit qu’il manque sept minutes de matériel pour achever l’album. Il n’y a plus assez de temps pour enregistrer. On ré-écoute donc les prises du premier jour faites autour du riff « Durh Durh Durh ». Roger Glover, le bassiste, propose alors d’écrire des paroles sur la fumée, le feu et la la peur. L’idée est d’immortaliser la fumée de l’incendie au-dessus des eaux du lac Léman. Car c’est ce spectacle dantesque que les membres du groupe ont contemplé depuis leur hôtel. Le morceau retravaillé devient ainsi « Smoke on the Water », une phrase venue à Roger Glover dans son sommeil. Pour Ritchie Blackmore, ce riff de quatre accords est d’une simplicité biblique. Et par dessus tout, il aime le comparer aux premières notes de la symphonie n°5 de Ludwig van Beethoven.

Texte de la chanson

We all came out to Montreux,
On the Lake Geneva shoreline.
To make records with a mobile,
We didn’t have much time.
But Frank Zappa and the Mothers,
Were at the best place around,
But some stupid with a flare gun,
Burned the place to the ground.

Smoke on the water and fire in the sky.
Smoke on the water…

They burned down the gambling house,
It died with an awful sound.
(Uh) Funky Claude was running in and out,
Pulling kids out the ground.
When it all was over,
We had to find another place.
But Swiss time was running out,
It seemed that we would lose the race.

Smoke on the water and fire in the sky.
Smoke on the water…

We ended up at the Grand Hotel.
It was empty cold and bare.
But with the Rolling truck Stones thing just outside,
Making our music there.
With a few red lights, a few old beds,
We made a place to sweat.
No matter what we get out of this,
I know I know we’ll never forget.

Smoke on the water and fire in the sky.
Smoke on the water…

J’adore vraiment ce morceau. Car, comme toutes les grandes chansons, il mélange savamment l’eau, l’air, le feu et la terre. Car, un tel dosage est une recette infaillible de succès.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas affichée